Zona, les grandes lignes à savoir => Focus sur cette maladie !

Le zona est une dermatose virale issue du même virus que celui de la varicelle. Le virus de la varicelle subsiste encore en partie dans le ganglion nerveux sans être offensif après la guérison. La principale cause de cette maladie est la baisse d'immunité due à plusieurs facteurs comme la vieillesse, le stress, la mononucléose ou le SIDA. Le virus se réactive alors et remonte jusqu'à la peau.

Le zona contagieux diffuse la varicelle aux individus qui n'ont pas encore été touchés par la varicelle et qui n'ont pas été vaccinés contre le virus. Son symptôme caractéristique ressemble à celui de la varicelle : c'est-à-dire une éruption cutanée.

Toutefois l'apparition de cette éruption se limite au niveau du ganglion concerné. La forme habituelle se manifeste par une douleur sur la future zone précédant l'éruption cutanée successive. La zone d'apparition du zona maladie peut être au niveau du ganglion d'un nerf intercostal, dans les territoires abdomino-lombaire, pelvienne, ou encore dans la région cervicale.

Zona

Zona, traitements et préventions

Le zona ophtalmique se caractérise par une réactivation du virus au niveau du ganglion de Gasser, touchant le nerf ophtalmique. L'éruption se localise sur le front, le pourtour de l'œil et la cornée ce qui pourrait altérer la vision. Le zona est une maladie particulière, car c'est au niveau du ganglion géniculé que se réactive le virus, ce qui touche le nerf facial.

Une paralysie faciale est donc très probable. Cette forme de zona commence par une douleur dans la région d'une oreille suivie d'éruption dans le conduit auditif externe. Le vaccin contre la varicelle est inefficace contre le zona parce qu'une vaccination datant de l'enfance n'est plus agissante à un certain âge. Un vaccin contre le zona a déjà été élaboré pour les personnes âgées. C'est donc utile de penser à être jour au niveau du vaccin contre le zona.

Les traitements du zona sont en général des traitements symptomatiques comme les antalgiques et anti-inflammatoires qui permettent d'atténuer l'infection et de calmer la douleur. Mais des soins locaux comme les antiseptiques et les toilettes avec eau tiède sans savon agressif sont nécessaires pour éviter les surinfections sur les parties atteintes.